Oleg Kotov, ancien cosmonaute et directeur-adjoint des sciences de l'IBMP-RAN.

Oleg Kotov, ancien cosmonaute et directeur-adjoint des sciences de l'IBMP-RAN ©TsPK/Roscosmos.

De courtes expéditions vers la future station orbitale russe (ROSS) limiteront les possibilités de préparation des vols de cosmonautes russes dans l'espace lointain, déclare le cosmonaute Oleg Kotov, directeur adjoint des sciences à l'Institut des problèmes biomédicaux (IBMP) de l' Académie des sciences de Russie.

«Malheureusement, il est alarmant que Roscosmos envisage actuellement d'utiliser cette station en mode visité et avec de courtes durées de présence de l'équipage là-bas, ce qui limite en fait nos capacités à mener des recherches biomédicales sur les vols longs et ultra-longs, qui sont absolument nécessaires pour se préparer aux vols longue distance vers Mars», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à l'agence de presse Rossiya Segodnya.

On sait que la création de la station-service orbitale russe [ROSS] est prévue en deux étapes. Dans la première étape - de 2025 à 2030 - il est prévu de lancer un module scientifique et énergétique [le NEM], un module nodal, un module de contrôle et un module sas, puis dans la deuxième étape - de 2030 à 2035 - des modules de production cibles, ainsi qu'une plateforme de maintenance des engins spatiaux.

La station volera sur une orbite héliosynchrone - une inclinaison de 97 degrés par rapport à l'équateur, sur laquelle les panneaux solaires, du fait de cette orbite, seront toujours éclairés. Cette orbite permettra à l'équipage de voir l' Arctique toutes les heures et demie , et n'importe où sur la planète - une fois tous les deux jours.

À cet égard, il est prévu d'équiper la partie de la station tournée vers la Terre de systèmes d'observation dans différents spectres - de l'optique au radar, et du côté opposé - avec des équipements de surveillance de l'espace extra-atmosphérique.

La station ne sera pas habitée en permanence, mais sera visitée par des équipes de 2 à 4 personnes, lancés depuis les cosmodromes de Baïkonour [Soyouz et Progress] et de Vostochny [Orël]. À la première étape, les cargos Progress et Soyouz habités continueront de voler vers la nouvelle station, et à la deuxième étape, ce seront des Orël.

Source: RIA Novosti