La station ROSS, phase 1, (jusqu'à 2030) est délimitée ici en bleu.

La station ROSS, phase 1, (jusqu'à 2030) est délimitée ici en bleu ©kosmosnews.fr d'après Roscosmos.

Ce jour (24 avril) le site de Roscosmos a repris les informations de TASS et quelques points ont été éclaicis.

"[NEM] ne volera pas sur Proton, mais sur Angara", a déclaré Solovyov, ajoutant que le lancement serait effectué depuis le cosmodrome de Vostochny.

Selon le premier concepteur général adjoint pour les opérations en vol, les tests des complexes fusée-espace et des systèmes de RKK Energuya, il faudra 1,5 à 2 ans pour convertir NEM en une nouvelle station.

NEM sera le premier module de la station ROSS

NEM sera le premier module de la station-service orbitale russe, le module de base sera lancé en 2028, a déclaré Solovyov.

«Nous commencerons à y travailler [sur le module de base] alors que le NEM sera encore au sol», a-t-il dit, ajoutant que ce module sera plus moderne que le NEM.

À son tour, le concepteur en chef du module scientifique et énergétique [NEM], Alekseï Videev, a noté que le module de base sera lancé en 2028.

Mise-à-jour du 25 avril 2021: Roscosmos a complété son info:

Il est prévu de déployer entièrement la station nationale russe en orbite en deux étapes jusqu'en 2035, a déclaré vendredi Alexander Bloshenko, directeur exécutif de la société d'État Roscosmos pour les programmes avancés et la science.

Auparavant, le premier directeur général adjoint de RKK Energuya et le directeur de vol du segment russe de la Station spatiale internationale, Vladimir Solovyov, ont déclaré que la station serait assemblée en deux étapes.

«Il y aura une deuxième phase de 2030 à 2035», a-t-il déclaré.

La Russie prévoit de se retirer du projet de Station spatiale internationale à partir de 2025 et de construire sa station orbitale nationale. Le module de base sera le module scientifique et énergétique (SEM), qui a été construit à l'origine pour l'ISS. Dmitry Rogozine, directeur général de la société d'État de Roscosmos, a déclaré qu'il sera retravaillé, rendue "plus indépendante" en matière d'orientation dans l'espace, et modifié au niveau de l'énergie et des systèmes de survie.

Vladimir Solovyov a déclaré qu'à la première étape, la station se composera de quatre modules - le NEM, un module de base similaire, un nodal et un module sas. Dans un deuxième temps, des modules de cible et de production, ainsi qu'une plate-forme de service pour engins spatiaux, devraient y être ajoutés.

Comme l'a dit Dmitry Rogozine, l'équipement scientifique ne sera pas seulement placé à l'intérieur, mais aussi à l'extérieur de la station, et il sera entretenu par des robots contrôlés par les cosmonautes. De plus, en 2030, il est prévu d'envoyer un remorqueur nucléaire en orbite, qui pourra être utilisé pour des vols vers la Lune.

Commentaire de Kosmosnews.fr: La stratégie semble claire mais mérite tout de même d'être expliquée: la station ROSS (on attend le nom final) commencera à exister avec le lancement en 2025 par un lanceur Angara A5 du module NEM depuis Vostochny.

Puis sera ajouté le module Node (une version de Prichal mise-à-jour) qui permettra ensuite d'ajouter le "module de base" (à droite sur l'image ci-dessus).

Mais pourquoi cette dénomination "de base" comme si il était central ? Tout simplement parce que dans sa conception actuelle le NEM, initialement prévu pour l'ISS, ne permet d'assurer l'attitude (pas l'altitude) de la station que grâce à ses moteurs d'attitude, ce qui est coûteux en carburant. Sur l'ISS, il n'y aurait pas joué ce rôle. Pour assurer ce travail de façon économique il faut des gyroscopes dont la taille est imposante et ne peuvent pas y être installés sur le modèle en partie construit. Ceux-ci seront installés dans le "Module de base" qui jouera un rôle central à long terme de contrôle de la station ROSS.

Pour tout cela il faut du temps de conception et de fabrication: 2 ans d'adaptation pour le NEM (une fois que les financements sont obtenus) et sans doute 5 à 6 ans pour le module de base ce qui donne les échéances suivantes: NEM: 2025, Module de base: 2028 et entre les deux le module Prichal.

Source: Roscosmos, TASS et TASS

Alekseï Bideev, Concepteur en chef du module scientifique et énergétique [NEM] chez RKK Energuya.

Alekseï Bideev, Concepteur en chef du module scientifique et énergétique [NEM] chez RKK Energuya.

Un modèle de test (le modèle de vol est visible au fond à droite) du NEM.

Un modèle de test (le modèle de vol est à peine visible au fond à droite) du NEM.