Russie et Kazakhstan vont développer de nouveaux programmes de recherche spatiale

Les drapeaux flottent au vent côte à côte, ceux de la Russie et du Kazakhstan (au centre de l'image) à Baïkonour.

Les drapeaux flottent au vent côte à côte, ceux de la Russie et du Kazakhstan (au centre de l'image) à Baïkonour.

Le Kazakhstan et la Russie ont l'intention de lancer de nouveaux programmes communs de recherche scientifique et spatiale, ainsi que d'élargir leur coopération dans le domaine de l'intelligence artificielle.

C'est ce qu'a déclaré le ministre des Sciences et de l'Enseignement supérieur du Kazakhstan, Sayasat Nourbek.

"Aujourd'hui, nous avons prévu une réunion avec le recteur du MAI (Institut de l'aviation de Moscou - ndlr TASS), où nous redémarrerons et développerons les programmes d'IA, lancerons de nouveaux programmes dans le domaine de la recherche spatiale et scientifique commune", a-t-il déclaré lors d'une réunion de ministres de l'Éducation des États - membres de l'OCS.

Nourbek a souligné que la coopération avec la Russie dans le domaine de l'enseignement supérieur pour le Kazakhstan "est avant tout une priorité stratégique absolue". Il a rappelé qu'il existe aujourd'hui dans la république sept branches des principales universités russes, dont une branche de l'Institut de l'aviation de Moscou à Baïkonour.

En avril, le ministère du Développement numérique du Kazakhstan a déclaré à TASS que le début de l'exploitation du complexe de fusées spatiales Baiterek (KRK) à Baïkonour était prévu pour 2028.

En 2018, un protocole a été signé modifiant l'accord entre les gouvernements du Kazakhstan et de la Russie sur la création du complexe Baiterek à Baïkonour en date du 22 décembre 2004. Il détermine les responsabilités des parties au projet, le retrait du bail et le transfert au côté kazakh de l'infrastructure spatiale au sol du complexe Zenit-M pour modernisation. Le Kazakhstan est responsable de la création d'infrastructures au sol en modernisant le complexe de fusées spatiales Zenit-M. La Russie développe actuellement le lanceur Soyouz-5, qu'elle prévoit de lancer à partir de là.

Source: TASS; Crédit photographique: TsENKI/Roscosmos