Les satellites Louch ont assuré une communication ininterrompue lors du lancement d’Angara-A5 avec Orion

Une image d'artiste d'un satellite Louch.

Une image d'artiste d'un satellite Louch.

Les vaisseaux spatiaux relais Louch-5A et Louch-5B ont maintenu une communication à grande vitesse avec l'étage supérieur Orion, lancé depuis le cosmodrome de Vostochny à l'aide du lanceur Angara-A5.

Pavel Cherenkov, directeur général de Gonyets Satellite System, en a informé l'agence TASS.

"Le système Louch a fonctionné aujourd'hui avec le nouvel étage supérieur Orion, sur lequel des équipements de relais d'abonnés haut débit ont été installés. Comme prévu, plusieurs sessions de communication ont été réalisées, qui se sont déroulées sans problème. Cela a permis de contrôler le vol de l'étage supérieur avec une charge utile, hors de portée des moyens terrestres, ce qui est extrêmement important", a noté Cherenkov.

Comme l'a ajouté le service de presse de l'entreprise, la transmission ininterrompue des informations lors du lancement du premier Angara-A5 depuis Vostochny a été assurée par les satellites Louch-5A et Louch-5B.

Selon Cherenkov, un travail réussi prouve que Louch est un système véritablement universel, capable de résoudre divers problèmes.

"Cela comprend la communication avec le segment russe de l'ISS, les travaux sur le lancement de divers lanceurs et un certain nombre d'autres tâches importantes, notamment le relais des signaux de sauvetage du système international COSPAS-SARSAT", a-t-il noté, ajoutant que la société et son personnel partage la joie du lancement d'aujourd'hui avec tout le pays.

Le système de relais spatial multifonctionnel Louch a été mis en service à l'essai en février 2016. Il se compose désormais de trois satellites (Louch-5A, Louch-5B et Louch-5V). L'objectif du système est de fournir un support d'information aux fusées et aux engins spatiaux à diverses fins volant sur des orbites basses (jusqu'à 2 000 km). Le système assure notamment l'échange de données entre le segment russe de la Station spatiale internationale et le centre de contrôle de mission.

Source: TASS; Crédit graphique: Reshetnyov