Rogozine et Poutiene le 20 février 2021.

La rencontre Rogozine - Poutine du 20 février 2021.

Dmitry Rogozine, le DG de Roscosmos, a eu un entretien avec le président russe Vladimir Poutine ce 20 février.

D'après la publication des échanges par l'administration présidentielle russe il n'a été question que du bilan de l'année 2020 et de l'activité prévue en 2021, donc pas de la future stratégie à plus long terme. Mais évidemment on ne sait pas ce qui s'est dit hors enregistrement et rapport officiels.

Néanmoins Rogozine a mis en évidence les lancements très importants attendus en 2021:

"Nous avons des lancements très importants prévus, comme, par exemple, pour la première fois en 45 ans, nous reprenons l'exploration de la Lune. En octobre, Luna-25, la première sonde d'atterrissage, quittera Vostochny. Et puis, comme vous le savez, nous développeront l'exploration de la Lune par des machines automatiques, puis un programme habité, dont je vous parlerai brièvement aujourd'hui.

De plus nous enverrons deux modules vers l'ISS. Ils sont déjà à Baïkonour, leurs tests électriques sont presque terminés et nous prévoyons de lancer le plus grand module, le module Science [Naouka - NDLR KN], en mai de cette année.

Parmi les lancements importants, bien sûr, est la poursuite des tests Angara. Comme vous le savez, en décembre, nous avons repris les essais en vol. Toutes les caractéristiques techniques nécessaires ont été obtenues, qui ont été spécifiées par le client d'État. Cette année, nous prévoyons un lancement de l'Angara lourd [A5 - NDLR KN] et deux lancements de l'Angara léger [A1.2 - NDLR KN]. En conséquence, nous développons la production à Omsk au sein de l'association de production Polyot, où à partir de 2023 nous devons la produire en série, répondant pratiquement à tous les besoins nécessaires à la fois du ministère de la Défense et de Roscosmos pour ces lanceurs lourds.

Parmi les lancements importants de cette année, je noterai également, bien entendu, le lancement d'un appareil radar [Arktika-M-1- NDLR KN]. Pour la première fois, nous passons au radar. Afin d'expliquer à quel point cela est important, il s'agit bien sûr de la route maritime du Nord. Rosatom, en tant qu'opérateur, développe la route maritime du Nord; il s'agit bien sûr d'une route de transit unique pour nous. Mais pour maîtriser la route de l'Est, de Yamal à l'Est, jusqu'à l'océan Pacifique, il faut voir tout ce qui s'y passe. Il y a de forts brouillards, de sorte que les satellites ERS ordinaires ne voient pas la situation des glaces. Un appareil radar - c'est la nuit, le jour, l'hiver, le brouillard - il voit tout en détail. Et en pratique, nous créerons des cartes de navigation pour les capitaines de brise-glaces nucléaires, qui pourront, sans s'arrêter, choisir eux-mêmes un itinéraire en temps réel et, en conséquence, déplacer des convois de glace.

Par conséquent, je pense que, bien sûr, à cet égard, une année très chargée, mais extrêmement intéressante pour nous.

Il ne fait aucun doute que nous avons commencé à développer le nouveau programme habité. Le vaisseau spatial Orël, je vous en ai parlé, est notre nouveau vaisseau spatial habité stratégique, capable de livrer jusqu'à quatre cosmonautes vers la Lune. Nous commençons ses tests statiques maintenant, en février. Autrement dit, il est déjà assemblé. Des travaux sont en cours sur cette question."

Rogozine a aussi parlé de la constellation Glonass:

Nous avons 28 Glonass. 23 sont en activité, les autres sont soit en test sous la supervision du concepteur général, soit il s'agit de la dite "réserve orbitale". Si un satellite tombe en panne, un autre prend le relai.

Et au sol, nous avons un appareil de plus de l'ancienne génération, "Glonass-M", et des appareils "Glonass-K2" et "Glonass-K" avec déjà un nombre de plus en plus croissant de microélectronique russe. D'ici 2025, Vladimir Vladimirovich, comme promis, nous atteindrons pleinement la substitution des importations à 100% pour Glonass.

En ce qui concerne la précision - 2,6 mètres, couverture à 100% de la Terre entière. Et mieux encore, bien sûr, dans l'hémisphère nord, car la constellation elle-même est configurée, mais les satellites Glonass-K2 de nouvelle génération et le développement de l'infrastructure au sol, c'est-à-dire les complexes d'étalonnage du signal eux-mêmes, nous permettront d'atteindre 1,3 mètres dans les années à venir. C'est un bon indicateur.

Et il est extrêmement important, Vladimir Vladimirovitch, bien sûr, que tout transport (aérien, maritime) soit équipé du système Glonass s'il est importé en Russie.

Il a aussi parlé des résultats financiers de Roscosmos:

Les résultats financiers sont les suivants. Notre exécution en espèces est de 94%, l'ordre de défense de l'État est exécuté à 100%. Et, en général, il y a une réduction progressive des créances en souffrance. En général, nos revenus sont au niveau de l'année précédente, mais nos revenus de diversification augmentent fortement, nos approvisionnements en équipements énergétiques que nous produisons dans nos entreprises ont presque doublé, à 12 milliards de roubles. Nous allons reconcevoir, comme vous nous l'avez indiqué, cette production. Et, en effet, dans le cadre de la politique anti-sanction, nous fournissons à Gazprom et Gazpromneft des turbopompes et divers raccords et dispositifs de pompage de gaz pour l'Amour GPP, etc. Autrement dit, ce domaine très important concerne la diversification et le développement de l'industrie en général.

Eh bien, bien sûr, avoir une holding moteur tel qu'Energomash, est un atout. En tant que holding, Energomash produit une quantité colossale d'équipements électriques au profit de nos sociétés productrices de pétrole et de gaz.

Enfin Rogozine a fait le point sur le chantier du Centre Spatial National à Moscou:

Le projet avance avec Moscou, je suis prêt à vous le montrer à tout moment. Nous avons déjà atteint les étages, c'est-à-dire la partie hors du sol. Nous commencerons bientôt à travailler sur la structure principale. En principe, Moscou [la ville  - NDLR KN] promet qu'elle se terminera à la fin de 2022, voire 2023, et d'ici 2024, nous allons probablement relocaliser au Centre spatial national. Le plus important est que je suis reconnaissant ici au gouvernement de Moscou, il réalise des jonctions de transport, c'est-à-dire qu'il ouvre de nouvelles stations de métro, des ponts sur la Moskova, afin qu'il n'y ait pas d'effondrement de la circulation.

Nous prévoyons d'y relocaliser 8 000 travailleurs du centre Khrunichev. Enfin, KB Salyout recevra non seulement des emplois humains, mais aussi des emplois hautement qualifiés et de haute technologie. J'en rêve juste en réalité. Et mes collègues me l'ont demandé. Je vous suis très reconnaissant d'avoir approuvé ce projet. Plus 12 mille autres employés de nos principaux bureaux de conception de Moscou y déménagent. Et 90 hectares du territoire inutilisé le sera par une joint-venture avec Moscou, sur vos instructions nous y participons également, une participation de contrôle est détenue par Roscosmos, un technoparc y est en cours de création. Autrement dit, les entreprises moscovites qui travaillent généralement pour le cluster aérospatial y figureront, avec tous les avantages de Moscou.

Sources et crédits photographiques: Administration présidentielle russe et Roscosmos

Dmitry Rogozine lors de sa rencontre avec Vladimir Poutine le 20 février 2021 au Kremlin.

Dmitry Rogozine lors de sa rencontre avec Vladimir Poutine le 20 février 2021 au Kremlin.