Drapeaux OneWeb, Britannique et Indien

Drapeaux OneWeb, Britannique et Indien. Il va falloir ajouter le drapeau tricolor français...

L'opérateur de satellite français Eutelsat débourse 550 millions de dollars pour acheter une partie de OneWeb, la start-up déployant un réseau haut débit en orbite terrestre basse.

La société achète une participation de 24% pour lui donner des droits de gouvernance similaires au gouvernement britannique et à la société de télécommunications indienne Bharti Global, qui a racheté OneWeb en faillite l'année dernière.

Une partie de l'investissement sera financée par les 507 millions de dollars qu'Eutelsat obtient de la compensation du spectre en bande C aux États-Unis pour les réseaux terrestres 5G.

La société basée à Paris exploite une flotte de satellites géostationnaires (GEO), mais a fait son apparition dans la LEO avec une constellation appelée Eutelsat ELO, ciblant le marché de la connexion d'appareils Internet des objets (IoT).

Le premier nanosatellite de ce réseau, ELO Alpha, devrait être lancé le 20 avril sur une fusée Vega qui est retardée suite à un échec de lancement en novembre.

L'achat d'une partie de la constellation haut débit LEO de OneWeb est un changement stratégique majeur pour Eutelsat, qui voit son activité de télévision par satellite décliner lentement alors que Netflix et d'autres services de streaming gagnent en popularité.

«OneWeb deviendra notre principal moteur de croissance en dehors de nos applications de diffusion et de haut débit, alors que nous continuons à maximiser l'extraction des flux de trésorerie de notre activité patrimoniale très rentable et à développer notre haut débit fixe vertical en tirant parti de nos actifs géostationnaires», a déclaré Rodolphe Belmer, PDG d'Eutelsat .

Arianespace a lancé le dernier lot de 36 engins spatiaux OneWeb le 25 avril, portant le nombre de satellites de l'opérateur à 182 avant des services partiels cette année.

OneWeb vise à lancer deux autres lots de 36 satellites d'ici juin pour étendre la couverture au nord de 50 degrés de latitude, couvrant le Royaume-Uni, l'Alaska, l'Europe du Nord, le Groenland, l'Islande, les mers arctiques et le Canada.

Il prévoit de fournir des services mondiaux avec 650 satellites en 2022 à des clients des entreprises, des gouvernements, des transports maritimes et de l'aviation.

Suite à l'investissement d'Eutelsat, qui donnera à la société française un siège au conseil d'administration, la flotte LEO de OneWeb pourrait potentiellement trouver des synergies avec les satellites haut débit de GEO.

L'opérateur canadien de satellites GEO Télésat, qui prévoit de lancer l'année prochaine sa constellation LEO à large bande Lightspeed, était auparavant le seul acteur de la mégaconstellation à explorer ce type d'opportunité.

«Ensemble, nous sommes plus forts, bénéficiant de l'énergie entrepreneuriale de Bharti, du rayonnement mondial étendu du Royaume-Uni et de l'expertise à long terme de l'industrie des satellites chez Eutelsat.» a déclaré Sunil Bharti Mittal, président exécutif de OneWeb.

1,9 milliard de dollars de capitaux propres frais

OneWeb est sorti de la protection contre les faillites du chapitre 11 en novembre avec un investissement de 1 milliard de dollars de Bharti et du gouvernement britannique - chacun détenant 42,2% à l'époque.

La startup a déclaré le 15 janvier avoir levé 350 millions de dollars auprès de SoftBank, qui était son plus grand actionnaire avant de déposer le chapitre 11, et 50 millions de dollars auprès de Hughes Network Systems.

Les commentaires formulés plus tôt par Mittal suggèrent que, suite à l'investissement d'Eutelsat, la société doit maintenant lever environ 500 millions de dollars pour compléter la constellation.

Eutelsat a déclaré le 27 avril que OneWeb était «bien avancé pour répondre à ses besoins de financement restants cette année».

OneWeb prévoit de générer environ 1 milliard de dollars de revenus annuels dans trois à cinq ans après le déploiement de sa constellation complète.

Eutelsat a déclaré qu'il était sur le point de conclure son accord OneWeb au second semestre de cette année après les approbations réglementaires.

RKTs Progress doit se réjouir

On imagine que du côté russe on se réjouit du développement de cette affaire, eux qui avait eu très peur lorsque OneWeb s'était mis sous la protection du chapitre 11 et qui avaient déjà fabriqué bon nombre des lanceurs Soyouz destinés à lancer la constellation. Certes un lanceur Soyouz ça a toujours de l'avenir, mais des à-coups de production n'est jamais facile à vivre pour une enetreprise, surtout pour de telles valeurs.

Source: Spacenews.com et Kosmonews.fr