Igor Arbouzov, DG d'Energomash.

Igor Arbouzov, DG d'Energomash. Image d'archives.

Le Directeur Général de la Holding des moteurs-fusées russes, Energomash, a donné une interview à RIA Novosti.

Ses réponses aux questions donnent une image précise, et donc intéressante, de la situation, des décisions prises ou non concernant le développement et la production des moteurs russes.

Traduction libre par kosmosnews.fr

- L'un des travaux que vous devrez réaliser dans un proche avenir est la création du moteur RD-171MV pour la fusée Soyouz-5. Comment se déroulent les travaux sur le moteur? Quand est-il prévu de produire le premier échantillon de production?

- À la fin de l'année dernière, nous avons commencé à tester le premier moteur de finition, et avant cela, nous avons envoyé un modèle d'un autre RD-171MV à Samara pour des tests de montage. En outre, le moteur sera assemblé pour être installé dans le modèle de fusée. Au total, d'ici la fin de l'année, notre tâche est d'assembler quatre moteurs pour différents tests, dont ceux de mise à feu dans le cadre de la première étape. En 2022, nous commencerons la livraison du RD-171MV pour les essais en vol, et il ne fait aucun doute que nous remplirons nos obligations.

- Combien de moteurs devraient être produits par an?

- Selon les estimations d'aujourd'hui - 3-4 moteurs de production par an après 2023. Tout dépendra de la manière dont la demande sur le marché des services de lancement de la fusée Soyouz-5 se formera.

- Qu'est-ce qui distingue le RD-171MV pour Soyuz-5 du RD-171M pour Zenit?

- Dans la nouvelle version du moteur, nous avons complètement changé l'ensemble du système de contrôle [...Il est donc totalement... NDLR KN] russe. De plus, à quelques exceptions près, presque tous les composants et assemblages ont été modifiés en tenant compte de l'expérience que nous avons acquise lors de la création des moteurs RD-180 pour les missiles Atlas 5 et RD-191 pour Angara, principalement en termes de caractéristiques de résistance, fiabilité, qualité des produits.

- Est-il possible de mettre à niveau les moteurs de fusée Zenith restant en stock pour les missiles Soyouz-5?

- Compte tenu des exigences de la fusée Soyouz-5, les moteurs existants ne peuvent pas être mis à niveau. Alors leur sort n'est pas clair.

- Auparavant, il y avait une idée de développer un moteur RD-175 plus puissant basé sur le RD-171M. Dans quel état est-elle maintenant?

- Nous revenons périodiquement sur cette idée. À un moment donné, des travaux ont été effectués sur la RD-175, une conception préliminaire a été faite, mais jusqu'à présent, elle s'est arrêtée.

- L'année dernière, la production de moteurs RD-276 pour les fusées Proton s'est terminée. Combien de kits moteur reste-t-il à utiliser avant la fin du programme? Y a-t-il des plans pour reprendre leur production?

- Début 2020, nous avons expédié les deux derniers ensembles de moteurs chez Khrounichev. Ceci termine leur production. Aujourd'hui, tout le matériel est mis en veille, le matériel est en état de préparation à la mobilisation. Aucune décision n'a été prise concernant la reprise de la production de moteurs.

- Votre entreprise fabrique des moteurs pour la fusée Angara, qui remplacera la Proton. Quand est-il prévu de fabriquer le premier moteur RD-191M pour l'Angara-A5M modernisé?

- Le développement de la documentation de conception de ce moteur est maintenant presque complètement terminé. L'ensemble des sous-traitants a été complètement modifié. Presque tout ce qui était auparavant acheté en dehors de la structure intégrée de construction de moteurs de fusée est maintenant fabriqué dans les entreprises de la holding. À Perm, la construction d'une nouvelle usine moderne pour la production de ce moteur est en voie d'achèvement et l'achat de matériaux pour la fabrication des deux premiers RD-191M est en cours. Le premier exemplaire devrait être fabriqué au milieu de 2022 et la même année il commencera à être testé sur le site de Khimki. En 2023, nous devons livrer des moteurs de production pour les essais en vol.

- La nouvelle version du moteur pour Angara-A5M sera-t-elle moins chère que la version originale pour Angara-A5?

- Nous faisons de notre mieux pour réduire le prix du moteur, pour rendre la fusée compétitive. Pour cela, toute une série de mesures est en cours: il s'agit du transfert sur le site de Perm, de l'utilisation de technologies modernes et de l'optimisation des processus de production. Toutes ces étapes aideront à faire baisser le prix.

- Le moteur Angara de l'entreprise Perm Proton-PM pourra-t-il remplacer le moteur précédemment produit pour les fusées Proton en termes de volume de production?

- Il y a une capacité suffisante pour la production de moteurs. Mais de tels volumes, lorsque dans les périodes les plus occupées, 16 ensembles de moteurs RD-276 étaient produits par an et que les lancements de Proton se faisaient une fois par mois, n'existeront probablement plus.

Le moteur RD-171MV sur le banc d'essai au feu chez Energomash.

Le moteur RD-171MV sur le banc d'essai au feu chez Energomash. Image d'archives.

- Pouvez-vous m'expliquer: la production du moteur de l'Angara est transférée à Perm, vous avez toujours la production des moteurs de la fusée Soyouz-5. Que produira-t-il d'autre sur le site près de Moscou, et quoi dans les succursales?

- NPO Energomash [à Khimki NDLR KN] conservera la production de RD-171MV, et la base de production sera utilisée comme usine pilote pour la création de modèles avancés de moteurs de fusée. Du fait qu'Energomash produit deux types de moteurs pour les États-Unis, les moteurs Angara et Soyuz-5, nous ne pouvons pas nous concentrer sur la création de prototypes de moteurs prometteurs sans interférer avec la production en série. En libérant la production, nous nous donnons la possibilité d'accélérer le développement de nouveaux moteurs en 3-4 ans. La vitesse à laquelle un moteur est mis sur le marché est très importante, voire fondamentale. Les duées que nous nous étions accordés antérieurement, 10 à 15 ans, ne conviennent à personne au monde. Et les partenaires potentiels sont intéressés par l'opportunité de leur fournir des moteurs dans un délai maximum de 3 à 5 ans. Il y a beaucoup de concurrence sur ce marché. Et vous devez également comprendre que dans tous les pays en général.

À Perm, à Proton-PM, comme déjà mentionné, la production de RD-191M, ainsi que la production de centrales à turbine à gaz et de composants de moteurs d'avion, seront lancées.

Quant au centre de construction de moteurs-fusées de Voronej, ils continueront à produire des moteurs pour les deuxièmes étages des missiles Soyouz et Angara, et des travaux sur les thèmes de l'hydrogène et du méthane seront menés. Nous n'avons pas encore décidé du lieu de production d'un moteur commercial. Nous envisageons des options.

- Quelles sont les perspectives du moteur RD-180MV pour les missiles Soyouz-6, et où sera-t-il produit?

- Tout dépend de la décision qui sera prise sur le Soyouz-6 et la fusée super lourde, dans laquelle le moteur doit être sur le bloc central. Si la décision de créer des missiles est prise, nous les produirons à Khimki.

- Comme vous l'avez mentionné, le thème du méthane sera concentré à Voronej. Il a été signalé que d'ici la fin de cette année, il est prévu de fabriquer un moteur de démonstration au méthane RD-0177. Ces plans sont-ils sauvegardés?

- Oui, nous y travaillons activement aujourd'hui.

- Quelles sont les perspectives du méthane? Quels avantages et inconvénients pouvez-vous citer?

- Aujourd'hui, le thème du méthane a envahi le monde entier et est devenu une tendance à la mode. Tout le monde a commencé à travailler sur le méthane. Le plus proche de la mise en œuvre sont les Américains avec la fusée Vulcan et le moteur BE-4. Ils promettent de voler en 2022. La Chine et le Japon sont impliqués aussi dans le méthane. Si nous parlons des avantages du méthane, alors, tout d'abord, il est bénéfique dans les systèmes réutilisables. Premièrement, le méthane est moins cher que le kérosène. Deuxièmement, il ne forme pratiquement pas de suie, ce qui est le principal obstacle à la réduction du temps et du coût de préparation du moteur en vue de sa réutilisation. Il y a aussi des inconvénients - en raison de la faible densité par rapport au kérosène, des réservoirs plus grands sont nécessaires.

À un moment donné, le fondateur de NPO Energomash Valentin Petrovich Glushko, à la tête du conseil sur les carburants pour fusées à l'Académie des sciences, a étudié des combinaisons de substances en tant qu'oxydant et carburant en relation avec les carburants pour fusées. Presque tout le tableau périodique a été examiné, y compris le méthane. Et en conséquence, il a été montré qu'avec une impulsion spécifique plus élevée (d'environ 10 à 15%) que celle des moteurs à liquide oxygène-kérosène, les réservoirs d'une fusée contenant du méthane de même masse que le kérosène seront plus lourds. Par conséquent, l'idée de créer un moteur au méthane a été reportée et la tâche de travailler sur ce sujet n'a pas été décidée et ce, pour longtemps.

- Pouvez-vous comparer le RD-0169 en cours de développement en Russie avec les moteurs américains Raptor et BE-4? La nôtre est meilleure?

- Vous voyez, vous devriez toujours comparer ce qui est comparable. BE-4 est créé pour une poussée de 250 tonnes, notre RD-0169 est créé pour une poussée d'environ 100-120 tonnes. Comment les comparez-vous? Quant au Raptor, il est également dans une catégorie de poids différente. Le temps nous dira qui créera le meilleur design.

- Selon vous, les Américains auront-ils le moteur BE-4 prêt en 2022 - un remplaçant pour le RD-180?

- J'ai du mal à juger. Le lancement de la première fusée Vulcan a été retardé depuis 2017. Il est clair que la création du moteur ne se déroule pas sans difficultés, mais ils sont déjà quand même dans les bancs d'essais. L'investisseur privé - Blue Origin - est très intéressé par le succès, car des fonds importants ont déjà été investis dans la création du moteur.

- Puisque vous avez commencé à parler des Américains, que pensez-vous du chef de SpaceX, Elon Musk?

- En tant que concurrent, sincèrement? En fait, il est un bon stimulant non seulement pour nous, mais aussi pour le marché américain. Avec lui, une nouvelle vague d'utilisation commerciale de la réutilisabilité a commencé. Et le résultat d'une avancée majeure est évident.

Mais nous comprenons tous qu'il n'y a pas de solutions spéciales super innovantes dans ses moteurs.

- Revenons au méthane. Il a été rapporté que si la fusée super-lourde russe pour un vol vers la lune est alimentée en méthane, un moteur RD-182 plus puissant peut être installé sur les étages inférieurs, que le RD-0169 initialement prévu. Dites-nous en plus à ce sujet.

- Nous avons eu et avons toujours l'idée de créer un moteur méthane plus puissant pour les étages inférieurs du "super-lourd". En effet, avec une poussée RD-0169 d'environ 100 tonnes, trois douzaines de tels moteurs devront être embarqués sur la fusée. Les spécialistes de RKTs Progress conviennent avec nous qu'il est déraisonnable d'installer un «tas» de petits moteurs, donc un moteur d'une poussée de 250 voire 600 tonnes a été proposé. Il y a la compréhension de la façon de le faire, et à un moment donné, un tel travail a été effectué chez Energomash.

- Parlez-nous des travaux de création des moteurs à hydrogène RD-0146 et RD-0150?

- La conception et la réalisation d'un prototype RD-0146 destiné à l'étage supérieur KVTK (étage supérieur oxygène-hydrogène d'une classe lourde pour la famille de missiles Angara - NDLR RIA Novosti) a été achevée en 2014-2017. Puis il y eut une pause. Mais maintenant, toutes les décisions pour construire le moteur ont été prises.

Tous les travaux sur la conception préliminaire ont été effectués pour le (moteur - ndlr RIA Novosti) RD-0150, destiné au troisième étage de la fusée Angara-A5V, il est maintenant nécessaire d'obtenir une décision à ce sujet et un financement supplémentaire de ce projet. Ils ne sont pas encore là.

- Autrement dit, le retard à long terme dans la création du KVTK n'était pas lié au moteur?

- C'était lié au manque de tâches pour cet étage supérieur. Le paradoxe est que nous étions à l'origine de la création des moteurs à hydrogène, mais nous sommes le seul pays parmi les puissances spatiales à ne pas l'utiliser. Dans le même temps, le couple de carburants le plus efficace et le plus énergétique - l'oxygène et l'hydrogène - est particulièrement important compte tenu de notre situation géographique. J'espère que dans un proche avenir, nous prendrons une décision sur l'utilisation des technologies de l'hydrogène.

- Pourquoi ça n'a pas marché avec l'hydrogène?

- Parce que cela implique la création d'infrastructures au sol supplémentaires. Et la combinaison de différents composants de carburant en un seul lancement est un facteur limitant. De plus, nous vivons depuis de nombreuses années avec une flotte traditionnelle de missiles fiables et une infrastructure au sol. Et l'hydrogène nécessite des solutions d'ingénierie très sérieuses et, par conséquent, des coûts élevés pour créer, tout d'abord, une infrastructure de remplissage.

Néanmoins, je pense que son efficacité sera bien supérieur à nos solutions traditionnelles. C'est une voie prometteuse.

- Dans les années 1990, la Russie a aidé l'Inde à construire un moteur de fusée à hydrogène. Lesquels de vos moteurs sont actuellement les plus intéressants pour les partenaires étrangers?

- Toute la gamme de moteurs, en fonction du niveau de développement technologique d'un pays donné.

- Auparavant, la Chine était intéressée par les développements russes dans le domaine de la construction de moteurs pour les besoins de la création de sa propre fusée super lourde. Du coup, la Chine fera-t-elle du «super-lourd» sur ses moteurs?

- Je pense que oui.

- Pouvez-vous dire quelque chose sur la coopération avec l’Inde?

- Des négociations sont en cours et l'intérêt de ce partenaire pour le développement de la coopération est assez élevé.

- Cette année, il est prévu de fournir six moteurs RD-180 aux États-Unis. S'agit-il des derniers moteurs commandés ou d'autres sont-ils prévus?

- Ces moteurs sont prêts, mais la pandémie de coronavirus ne nous donne pas l'occasion de les transférer aux États-Unis. Il le seront probablement cette année. Ils sont les derniers sous le contrat actuel.

- Dans quelle mesure la réalisation des contrats de fourniture de moteurs aux États-Unis pour Energomash sera-t-elle impactante?

- Dire que cela passera sans laisser de trace pour nous serait biaisé, car c'est un travail sérieux. En plus des avantages économiques, il s'agit d'un échange constant de spécialistes et de l'introduction de technologies modernes. Mais en parlant de volumes, il y a pas mal de commandes russes. Et, disons, nous avons évité de ne dépendre que des contrats étrangers. La diversité vous permet de diversifier votre portefeuille d'ordres et de ne pas subir de risques sérieux.

- Mais la commande étrangère a sauvé l'entreprise ...

- Naturellement, sauvé. Dans ce cas, vous pouvez vous sentir libre d'en parler. Cela a considérablement amélioré les capacités et le potentiel de l'entreprise. Au cours de cette période, grâce à des contrats étrangers, la qualité de la fabrication des moteurs s'est considérablement améliorée. Et le système de gestion de la qualité qui a été mis en place nous aide sérieusement maintenant dans la fabrication de moteurs pour le marché intérieur.

Sources et crédit photographique: RIA Novosti et Roscosmos