L'équipage Oleg Kononenko (au centre), Nikolaï Choub (à droite) et l'instructeur Dmitry Zakotenko.

L'équipage Oleg Kononenko (au centre), Nikolaï Choub (à droite) et l'instructeur Dmitry Zakotenko.

En février 2021, une formation à la survie hivernale a été organisée pour deux équipages conventionnels. Le premier comprenait les cosmonautes de Roscosmos Oleg Kononenko, Nikolaï Choub et l'instructeur du centre de formation des cosmonautes Dmitry Zakotenko, le second - les cosmonautes de Roscosmos Denis Matveyev, Andreï Fedyaev et Anna Kikina.

Oleg Kononenko et Nikolaï Choub ont exercé leurs compétences selon un programme abrégé. Avec l'instructeur, ils ont passé 9 heures dans la forêt - c'est la durée de la formation "de crédit" pour leur équipage. Les cosmonautes ont eu suffisamment de temps pour mener à bien les actions nécessaires pour survivre en hiver dans une zone boisée et marécageuse. Et, bien que Nikolaï Choub n'ait pas encore été dans l'espace, il a acquis l'expérience de la "survie hivernale" lors d'entraînements précédents répétés. Si lui et Oleg Kononenko avaient fait une pause entre les entraînements en forêt pendant cinq ans ou plus, cet équipage aurait passé au moins deux jours dans des conditions naturelles.

«La recherche scientifique nous a aidés à établir que certaines des compétences dont les cosmonautes pourraient avoir besoin lors de l'atterrissage du véhicule de descente dans une telle zone sont progressivement perdues. Ils doivent être entièrement restaurés au moins une fois tous les cinq ans», a expliqué Viktor Ren, chef adjoint du département pour les types extrêmes de formation des cosmonautes au TsPK.

Selon Viktor Ren, ces formations ont un autre objectif: tester la compatibilité psychologique des cosmonautes.

«Nous essayons d'unir des personnes de nature différente. Nous changeons la composition des équipages d'une formation à une autre. Idéalement, le cosmonaute devrait essayer les rôles de leader et de suiveur, c'est-à-dire être capable à la fois de diriger et d'obéir. C'est un moment très important dans la préparation de l'équipage et une sorte d'expérience, un problème psychologique que nous sommes en train de résoudre», a déclaré Victor Ren .

Si le premier équipage conventionnel a «survécu» dans la journée, lorsque l'air s'est «réchauffé» à -12 degrés, alors le second équipage (Denis Matveev, Andreï Fedyaev, Anna Kikina) a passé deux jours en forêt, et les gelées étaient plus fortes ces jours-ci.

«La température nocturne a atteint 25 degrés sous zéro, mais elle était sèche. Vous pouvez vous asseoir près d'un feu en plein air et ne pas avoir peur qu'il pleuve, a patagé Andreï Fedyaev.
"Il y avait de l'inconfort la nuit, mais nous avons réussi. C'est bien mieux que d'effectuer les mêmes tâches à des températures supérieures à zéro en hiver, comme c'était le cas au stade de l'entraînement spatial général", a soutenu Anna Kikina . «Puis il pleuvait et il y avait de l'eau tout autour, mais maintenant il fait un froid glacial - c'est génial!»

Quant aux compétences de survie en hiver dans une zone boisée et marécageuse, selon Anna, les pratiquer permet aux astronautes de retrouver la forme nécessaire. Son partenaire dans l'équipage conditionnel, Andreï Fedyaev, a fait des campagnes depuis son enfance, a participé à des formations similaires, se préparant à devenir pilote. Ses capacités de survie sont assez stables, mais Fedyaev est convaincu qu'elles doivent être constamment entretenues. Les entraînements dans les bois peuvent ne pas sembler tout à fait appropriés aux gens ordinaires, étant donné que les cosmonautes commencent et atterrissent dans les steppes du Kazakhstan.

«Dans le désert, nous apprenons également à survivre en hiver et en été, ainsi que dans les montagnes et à la surface de l'eau. L'atterrissage peut être imprévu. Si un accident survient à bord ou si le membre d'équipage de l'ISS tombe malade, nous devrons effectuer une descente urgente. De plus, une situation anormale peut survenir lors du lancement d'un vaisseau spatial en orbite. Nous apprenons à survivre dans différentes zones climatiques et géographiques. Si cela n'est pas fait, non seulement nous perdrons nos compétences, mais aussi les instructeurs qui entraînent les cosmonautes», a noté Andrei Fedyaev .

En plus de la formation à la survie, les astronautes suivent une formation au vol, au parachute et à la plongée, effectuent des tâches en apesanteur, étudient de nombreuses disciplines théoriques, pratiquent activement l'éducation physique et se préparent aux situations normales et d'urgence à toutes les étapes du vol. Pour le corps des cosmonautes, ce sont des jours ouvrables.

Sources et crédits photographiques: TsPK/Roscosmos et TsPK/Roscosmos

L'équipage Denis Matveyev, Andreï Fedyaev et Anna Kikina.

L'équipage Denis Matveyev, Andreï Fedyaev et Anna Kikina (à droite).

Installation d'une protection dans la neige. Le parachute est une ressource importante.

Installation d'une protection dans la neige. Le parachute est une ressource importante.

Les cosmonautes doivent faire du feu: le temps est froid mais sec et ensoleillé.

  Anna Kikina va déclencher une fusée éclairante.

Anna Kikina va déclencher une fusée éclairante.

Pour corder l'exercice, l'un des membres de l'équipage est censé être malade et ses collègues doivent le déplacer.

Pour corder l'exercice, l'un des membres de l'équipage est censé être malade et ses collègues doivent le déplacer.

Allumage d'un feu de détresse pour se faire repérer.

Allumage d'un feu de détresse pour se faire repérer. Mais n'ayez crainte l'exercice se déroule...dans l'enceinte de la cité des étoiles!

L'équipage est quand même content d'avoir été repéré par un hélicoptère (fictif).

L'équipage est quand même content d'avoir été repéré par un hélicoptère (fictif).

Il s'agit pour l'autre équipage de se débrouiller avec le parachute.

Il s'agit pour l'autre équipage de se débrouiller avec le parachute.

Ici aussi il faut faire du feu.

Ici aussi il faut faire du feu.

L'équipage a dû se déplacer: il a emporter un des siège du soyouz pour faire une sorte de traineau.

L'équipage a dû se déplacer: il a emporter un des siège du soyouz (à droite en bas de l'image) pour faire une sorte de traineau.

Tentative de communication avec les secours pour Oleg Kononenko.

Tentative de communication avec les secours pour Oleg Kononenko.

Beau temps dans la forêt jouxtant le...TsPK.

Beau temps dans la forêt jouxtant le...TsPK.

Balise lumineuse allumée par Oleg Kononenko.

Balise lumineuse allumée par Oleg Kononenko.

Et pour cet équipage, une  épreuve aussi aggravée par la blessure d'un des membres.

Et pour cet équipage, une épreuve aussi aggravée par la blessure d'un des membres.